Si vous arrivez ici, c’est surement que vous recherchez à engager un growth hacker freelance ! Tous ne se valent pas. Alors comment engager le meilleur à un coût raisonnable pour votre entreprise ? Découvrez quelques particularités qui font de ces profils, des experts atypiques mais de plus en plus recherchés dans les organisations innovantes.

Qu’est-ce qu’un growth hacker freelance ?

Un growth hacker ou “hacker en croissance” en traduction littérale, est un professionnel du marketing digital possédant des compétences web à 360° , mêlant marketing, design, entrepreneuriat et développement Web. La pluart du temps, son objectif principal est d’accroître la notoriété d’une marque, son trafic Web ou les revenus d’une entreprise.

Les growth hackers évoluent souvent en startups, où ils peuvent prendre à leur charge le développement marketing et commercial. Personnellement, lorsque j’ai créé mon activité, je me suis d’avantage orienté vers les PME et ETI pour des raisons budgétaires.

Ce qui est vraiment intéressant, c’est d’exporter les pratiques agiles et redoutablement efficaces des startups, dans les PME et les ETI. Une bonne occasion de provoquer un choc des cultures et des pratiques disruptives qui permettent d’atteindre rapidement de bons résultats, sans nécessiter de budgets excessifs !

Bref, revenons au sujet principal.

A l’origine, c’est Sean Ellis, responsable marketing chez Dropbox qui a décrit, en 2010, son activité professionnelle comme relevant du “growth hacking”. Il précise : un growth hacker est “une personne dont la seule finalité est la croissance”. Tout ce qu’ils font est scruté de près par son impact potentiel sur la croissance évolutive.

Pour en savoir d’avantage, j’ai écrit un article qui détaille ce qu’est le growth hacking.

 

Comment recruter un freelance growth hacker ?

Faire le choix de recruter un growth hacker est avant-tout un choix de manière de penser. A la différence du marketing digital plus “classique”, le growth hacking utilse des méthodes stratégiques et opérationnelles très connectées avec votre marché.

Il laisse d’avantage de place pour le doute, priorisant ainsi les fonctions opérationnelles, à une stratégie qui se base sur un marché à l’instant T. Dans le monde d’aujourd’hui, prévoir ce que sera le marché dans 2 ans n’est réservé qu’aux grands groupes, peu sensibles aux évolutions de marché.

La stratégie de growth hacking est importante, mais elle doit laisser place à l’action. Ce sera donc un partenaire important de votre entreprise. Il conviendra de bien le choisir pour ne pas perdre de temps avec un expert inadapté avec votre état d’esprit et avec votre activité.

Quel profil choisir ?

Souvent, le growth hacker est autodidacte ou possède une formation en école du Web. Ainsi, il n’existe pas vraiment de formation pour devenir growth hacker. Il est donc d’autant plus difficile de juger de la qualité de ces profils. C’est pour cela que leur performances auprès de leurs clients sont souvent considérées comme leurs seules vraies références.

A titre personnel, je suis diplômé d’une école du Web. J’ai néanmoins complété ma formation avec des solides bases de développement via Udemy.

Ensuite, les conférences sur l’entrepreneuriat et les excellents articles publiés sur Medium et Quora permettent de gagner en compétences.

Un “état d’esprit startup” très atypique

Passé la barrière des anglicismes, le growth hacking est un monde structuré par une forte culture commune. C’est un état d’esprit orienté vers l’efficacité poussée à son paroxisme, façon startup. Là où les techniques détournées, le Lean Startup et les outils d’automatisation font partie du quotidien.

S’il vous arrive de recruter un growth hacker, vous découvrirez qu’ils ont un état d’esprit radicalement différent des marketers du digital. Il orientent systématiquement leurs pratiques sur l’efficacité des actions. En effet, un growth hacker préfèrera toujours stopper net un canal d’acquisition de leads s’il ne fonctionne pas.

L’objectif étant d’allouer des ressources aux “hacks” marketing qui fonctionnent… et à moindre coût !

“En fait, il y a le bon growth hacker, et le mauvais growth hacker”.

Vous aurez reconnu la référence… 😉

Plus sérieusement, cette différenciation entre les vrais growth hackers et les imposteurs peut se détecter grâce à plusieurs éléments :

  • L’état d’esprit et le caractère : les growth hackers sont, en général passionnés et obsédés par les tactiques de croissance. La plupart ont des projets parallèle et ont un vrai esprit entrepreneurial.
  • Les exploits passés et les témoignages-clients : en growth hacking, on travaille d’avantage avec des startups, PME et ETI innovantes. Les références de grands clients importent peu. Mais les grandes références, en terme de performance, peuvent vous donner une idée de l’efficacité de ce freelance.
  • Les tarifs : souvent, les growth hackers débutants ou sans grands exploits appliquent des tarifs dérisoires, qui doivent vous mettre la puce à l’oreille. La grande majorité des growth hackers que je rencontre ont un TJM (taux journalier moyen) compris entre 400 et 900€ en fonction de leur expérience et de leurs compétences.

Pour sortir de mon cadre personnel, je vais prendre un exemple de startup. Uber.

La startup californienne de VTC premium abordables recrute régulièrement des growth hackers. Pour départager les profils, ils leur font passer un test sur Excel. Ils démontrent leur talent en manipulation de données Web, de scrapping,… et bien d’autres compétences au travers des outils que les growth hackers utilisent chaque jour.

Capture entretien Uber

N’hésitez donc pas à demander à réaliser un test d’une journée pour découvrir son mode de fonctionnement. Pour évaluer ses performances, comptez entre 1 et 2 mois.

Comment travailler avec un growth hacker freelance ?

Chaque growth hacker freelance

e possède sa propre méthode de travail. Malgré tout, ils partagent souvent les mêmes outils et méthodes agiles qui leur permettent de délivrer plus de productivité à leurs clients. Voici une liste des éléments indispensables pour mieux travailler en équipe :

Des outils rapides pour travailler de manière efficace.

Un freelance growth hacker peut convenir d’une méthode de travail à distance (en “remote”) ou directement dans vos locaux. Le plus souvent, chaque growth hacker a sa propre manière de travailler. Il est donc important, lors de la conclusion de votre contrat, de convenir d’outils qui vous permettent de suivre votre croissance à distance. Parmi, eux, des outils de gestion de projet et de communication vous sont commun.

Exemples d’outils de gestion de projet avec un growth hacker freelance :

  • Asana : le gestionnaire de projet ergonomique et agréable
  • Trello : le gestionnaire de projet convivial pour débuter
  • Bitrix24 : le CRM complet de gestion de PME

Au-delà des aspects liés à la gestion de projet et des tâches, il vous faudra définir des outils de communication à distance afin de faire des points réguliers avec votre growth hacker. Le plus simple, c ‘est le mieux ! Gardez à l’esprit que l’email n’est pas le moyen idéal pour prendre en charge les interactions rapides que vous aurez avec votre growth hacker freelance.

Suivi de projet Asana
Un exemple de tableau de projet sur Asana.

Exemples d’outils de communication à distance :

Cela peut paraitre surprenant, mais les emails ne sont pas forcément de bons outils pour travailler avec un growth hacker. Souvent, ils impliquent une communication désynchronisée et des réponses parfois trop longues pour pouvoir avancer de manière agile.

Préférez donc un de ces systèmes de messagerie pour communiquer.

Des méthodes itératives, au coeur des process de growth hackers.

Vous connaissez les méthodes itératives ? Ce sont des méthodes de travail telles que le design thinking, qui permettent d’arriver à un résultat souhaité en alternant des cycles d’analyses et des cycles d’opérations.

Méthodologie du growth hacking

Chaque itération représente 1 à 2 semaines et permettent de tester des hypothèses des leviers webmarketing.

Exemple :

  • Hypothèse : le marketing automatique peut permettre à nos commerciaux de gagner du temps en étant en contact avec des leads de qualité et vraiment intéressés par votre produit.
  • KPI : le taux de conversion des leads à l’heure actuelle VS le taux de conversion une fois implémenté.
  • Objectif : augmentation de 30% du taux de conversion des leads pris en charge par les commerciaux.
  • Executer : création d’un processus d’accueil et de filtrage comportemental des leads sur le site (ont-ils visités à plusieurs reprises le site ? Ont-ils téléchargé des livres blancs ?…).
  • Tracking : Analytics + outil de marketing automation.
  • Cas n°1 : les objectifs sont atteints : on automatise le processus et on sélectionne mieux les leads.
  • Cas n°2 : notre hypothèse n’était pas impactante, il faut repartir sur une autre idée.

 

Conclusion : comment engager un growth hacker freelance ?

Les meilleurs growth hackers en freelance sont souvent bien occupés. En effet, la plupart d’entre eux alternent entre projets de clients et projet entrepreneuriaux à côté de leur statut de freelance. Comptez des taux journalier entre 400 et 1300€ pour de vrais growth hackers. Gardez à l’esprit que ce n’est pas une profession réglementée, méfiez-vous des pseudos-experts.

Concentrez-vous sur des experts qui ont fait leurs preuves. Les bons growth hackers vous fournirons de vrais témoignages-clients, vérifiables. Ce qui fera de votre nouveau partenariat, quelque chose d’unique, c’est qu’elle vous apportera un vent de fraîcheur sur vos performances webmarketing tout en adoptant un état d’esprit toujours plus disruptif.

Bon, en vrai, si j’ai fait cet article, c’est surtout parce que vous cherchez à engager un growth hacker freelance. Et j’en suis un. Si vous voulez booster votre acquisition de leads, contactez-moi 🚀

Crédit photo : Retour vers le Futur. Amblin Entertainment, Universal Pictures, Robert Zemeckis, Bob Gale

Ebook social media
Comment engager un freelance growth hacker ?
4/5 (80%) sur 66 vote(s)
3 Comments
    • Benjamin Poisson
      says:

      Bonjour !

      Fondamentalement, un freelance en marketing digital aura un état d’esprit moins startup, plus orienté ETI et grands groupes. Ils sont souvent moins orientés sur les aspects techniques du marketing : automatisation, scraping, configuration de campagnes d’ads. Leur profil est aussi plus orienté vers une spécialité : SEO, Google Ads,… alors qu’un growth hacker ou growth marketer a un profil startupper généraliste.

      Au delà de ça, c’est aussi une question d’état d’esprit.
      J’espère que ça répond à votre question,
      Benjamin

Laisser un commentaire